Décrochage scolaire et intersectionnalité : le projet Crossroads débarque !

Vendredi, 11 Octobre 2019

Le décrochage scolaire est un phénomène multifactoriel et multidimensionnel sur lequel POUR LA SOLIDARITÉ-PLS travaille depuis plus de 10 ans. Aujourd’hui, PLS s’associe à trois autres partenaires européens (Espagne, Croatie, Pologne) pour échanger autour de l’enjeu du décrochage scolaire et de l’intersectionnalité des discriminations. 

En Europe, on parle d’abandon scolaire précoce (ASP) : « le taux d’abandon scolaire précoce (ASP) est mesuré par la proportion des jeunes entre 18 et 24 ans qui ont quitté l’école en n’ayant achevé que l’enseignement secondaire inférieur (ou moins) et qui ne poursuivent ni études ni formation »*. En 2000, le taux d’ASP européen était de 17,6%, en 2010, il était à 14,1%3 et en 2015 à 11%. La stratégie européenne « Éducation et formation 2020 » ambitionne de le réduire en deçà de 10% d’ici 2020. La lutte contre le décrochage scolaire est donc un enjeu national et européen ! 

Néanmoins, endiguer le phénomène de décrochage scolaire n’est pas évident du fait d’une définition complexe et de la multiplicité de facteurs qui peuvent en être la cause (âge, genre, origine ethnique, statut socio-économique, climat scolaire, relations avec les professeur-e-s, relations avec les parents, mixité sociale à l’école, etc.). Aucun facteur ne permet de justifier à lui seul une situation de décrochage.

Considérer le décrochage scolaire à l’aune de la théorie de l’intersectionnalité des discriminations est donc très intéressant. L’approche d’intersectionnalité tend à mesurer l’impact de la pluralité de formes d’exclusion sociale (classe, genre, race, handicap, orientation sexuelle,…) en prenant en compte la diversité des identités. Il s’agit d’une approche qui favorise la réflexion et l’action en faveur de la diversité égalitaire.

C’est dans cette optique que s’inscrit le projet Crossroads dont l’objectif est de renforcer la coopération transnationale en matière de lutte contre le décrochage scolaire et de réfléchir aux méthodes innovantes pouvant renforcer les compétences et les connaissances des acteurs de terrain pour appréhender les enjeux multiples sous-tendant une situation de décrochage scolaire. 

Pour un rappel théorique, consultez l’étude que PLS a publiée sur le décrochage scolaire et la note d'analyse sur l'intersectionnalité ;-) 
 

*Florent Chenu & Christiane Blondin (Université de Liège) (2013), « Décrochage et abandon scolaire précoce : mise en perspective européenne de la situation en Fédération Wallonie-Bruxelles », Fédération Wallonie-Bruxelles.