Confinement et violence domestique

Confinement et violences domestiques: où obtenir de l'aide?

Jeudi, 19 Mars 2020

En cette période exceptionnelle, POUR LA SOLIDARITE - PLS rappelle son soutien aux personnes dont la maison ne constitue pas ou plus un foyer bienveillant mais une source d'angoisse et de violence. Le confinement ne peut pas faire obstacle à la possibilité pour les personnes concernées de chercher de l'aide et de s'extraire de cette situation violente.

En tant que think & do tank impliqué dans la lutte contre les violences domestiques, notamment à travers le projet européen CEASE, PLS tient à manifester son soutien aux personnes confrontées à de la violence au sein de leur propre foyer. Cette période de confinement peut être synonyme de tensions. Elle implique également une restriction de la liberté de circulation. Mais cela ne doit pas empêcher les personnes concernées de fuir un espace violent et de demander de l'aide.

Voici une liste des numéros d'appel en Belgique : 

En outre, face à cette situation critique, des mesures ont été prises et les services se sont adaptés (pour la Belgique) :

  • Les lignes d’écoute/chat ( 0800-30 030, site web et 1712 ) ont été renforcés et font l’objet d’un monitoring régulier afin d’adapter rapidement l’offre de réponse si nécessaire. Le chat " Écoute violences conjugales" a triplé ses plages horaires disponibles. Le CAW reste actif avec son offre aux victimes de violence familiale par téléphone, par chat et par courrier. Le suivi psychologique se poursuit via les mêmes canaux afin de fournir un maximum d'aide, d'orientation, de soutien et de proximité.
  • Les informations concernant l’aide disponible sont accessibles en plusieurs langues sur le site We Access et des lignes d’écoute en 22 langues étrangères sont également à disposition sur le site de Partner Geweld.
  • La prise en charge des auteurs, que ce soit par l’ASBL Praxis ou par les Maisons de justice se poursuit, par téléphone ou vidéo. Les auteurs en ont été avertis individuellement.
  • Les trois centres de prise en charge des victimes de violences sexuelles restent ouverts 24h/24h et assurent également une permanence téléphonique.
  • La COCOF a mis à disposition, à Bruxelles, un hôtel exclusivement dédié à l'accueil et l'hébergement de femmes victimes de violences domestiques. 50 places sont disponibles. Pour connaitre les disponibilités d'accueil de l'hôtel, le Centre de prévention des violences conjugales et familiales (CPVCF) est joignable tous les jours, de 9h30 à 17h30, au 02.539.27.44
  • La police locale de Bruxelles a lancé un chat sur son site internet polbru.be pour les personnes victimes de violence domestique, ouvert 7 jours sur 7 de 10h à 18h
  • Une campagne de sensibilisation "Rien ne justifie la violence conjugale !" est menée du 13 avril au 31 mai via radio, télévision et réseaux sociaux pour mettre en avant les solutions et les aides existantes en cette période de confinement. La campagne sera aussi diffusée en néerlandais, et accessible aux personnes sourdes et malentendantes.
  • Une Task force "Violences conjugales et intrafamiliales" a été mise en place par la Fédération Wallonie-Bruxelles, la Wallonie, la Région de Bruxelles-Capitale et la Cocof pour coordonner les actions et les efforts face aux violences intrafamiliales en partenariat avec les acteurs de terrain.
  • La Fédération Laïque des Centres de Planning Familial a aussi rappelé que ses centres restaient ouverts durant le confinement.

De manière générale, les services d'écoute s'adaptent. Les répondant-e-s ont réfléchi ensemble à des solutions: des stratégies sont proposées aux victimes pour qu'elles puissent se protéger chez elles

Le confinement pourrait aussi, selon des professionnel-le-s, accélérer la prise de conscience de certaines personnes. Le fait d'être en permanence en présence de la personne qui commet des violences pourrait servir de déclic, favorisant la décision de quitter le logement familial une fois le confinement terminé. 

Préoccupé par l'augmentation des signalements, POUR LA SOLIDARITÉ-PLS marque son soutien aux personnes qui continuent à travailler dans des conditions difficiles pour offrir des solutions et un soutien à celles qui sont confrontées à des violences. Il rappelle néanmoins aux autorités l'urgence d'intervenir en faveur d'une meilleure protection et prise en charge!

Découvrez Télex, la newsletter PLS !

Chaque mois, recevez l’actualité de PLS et des Observatoires européens dans votre boîte mail (projets, événements, publications…)

Je m'inscris Non merci