Bannière publication économie sociale

Les indicateurs alternatifs de richesse

Notes d'analyse
Version PDF

Notes d' analyse, Économie sociale, 2005

Si pour certains, la mesure du bien-être ne peut être dissociée de celle du PIB, pour d’autres elle doit en être indépendante. JANY-CATRICE (2002) distingue parmi tous les travaux relatifs au développement d’indicateurs alternatifs trois positions différentes :

La position de statu quo : le concept de production et les concepts qui lui sont rattachés dans la comptabilité nationale ne doivent pas être modifiés. Les tenants de la position du statu quo avancent plusieurs arguments :

  • La comptabilité nationale n’a pas été créée pour mesurer le bien-être économique et ne devrait avoir que pour objectif de mesurer la valeur des biens et des services finaux produits dans l’économie (Dubois, Arkhipoff). Elle repose par ailleurs sur des bases théoriques claires. Pour d’autres, tant qu’il n’existe pas de meilleur indicateur, le PIB reste le meilleur indicateur de différences de niveau de bien-être économique entre les pays (Mamalakis, Chadeau, Fouquet).
  • Il existe de fortes corrélations entre le PIB par tête et les mesures du bien-être, ce qui implique que le PIB peut à lui seul refléter les variabilités de bien-être
  • Comment définir les limites de la monétarisation ? De nombreux éléments peuvent intervenir, comme le temps de loisir par exemple. Dans ce cadre, où s’arrêter ?
  • Le système de comptabilité est reconnu par tout le monde, il assure la stabilité des mesures et le PIB est utilisé internationalement, permettant des comparaisons. Aucun autre indicateur n’a jusqu’ici eu cette légitimité. Cependant, certains auteurs, conscients des limites de la comptabilité nationale, argumentent qu’il faut alors développer des instruments permettant de palier à ces limites. Les options envisagées peuvent concernerla construction de comptes satellites au PIB, la mise en place de systèmes d’indicateurs sociaux ou encore la construction d’indicateurs complémentaires au PIB et mettant en évidence les aspects sociaux et humains du développement.

La première partie de ce papier se consacre à la description des différents types d’indicateurs existants. Avant de passer en revue les indicateurs alternatifs existants, les propriétés que doivent avoir des indicateurs de qualité sont présentées. Pour finir, nous entrerons dans le vif du sujet en présentant quelques indicateurs alternatifs.

Découvrez Télex, la newsletter PLS !

Chaque mois, recevez l’actualité de PLS et des Observatoires européens dans votre boîte mail (projets, événements, publications…)

Je m'inscris Non merci